L'ISLE-ADAM

LA VALLÉE DE L'OISE & LES TROIS FORÊTS

OFFICE DE TOURISME COMMUNAUTAIRE

LA NATURE

Les Trois Forêts L’histoire de nos trois forêts liée à celle des rois et princes de France mais pourquoi ? Le Val d’Oise abrite un massif forestier remarquable de 4500 hectares, domanial depuis la Révolution. Il composé des forêts de Montmorency, L’Isle-Adam et Carnelle, composées majoritairement de chênes, châtaigniers, frênes, charmes, hêtres et tilleuls. La grande faune est riche de chevreuils et de sangliers, renards, faisans, pigeons ramiers, lapins, chauve-souris… Les trois forêts sont occupées dès la préhistoire, mais c’est Philippe le bel, passionné de chasse, et résidant à l’abbaye de Maubuisson, qui va y venir le premier. La forêt accueillait également des joutes jusque sous le règne de François Ier qui a d’ailleurs assisté à l’une d’entre elles. En 1526, ce roi de France, offre la forêt à son ami le connétable Anne de Montmorency. A la mort du dernier descendant des Montmorency, en 1632, le domaine devient fief des Condé, puis des princes de Conti. Ces derniers, grands amateurs de chasse, font aménager la forêt de L’Isle-Adam au XVIIe siècle : mur d’enceinte de 25 km de long et 2,70 m de haut accompagné de saut-de-loup pour protéger le gibier. Des allées rectilignes, tracées par Le Nôtre, les carrefours en étoile pour les rendez-vous des équipages sont aussi imaginés. Alors qu’à la fin du Moyen Âge, la plupart des forêts d’Île-de-France est constituée de chênes celle de Montmorency est plantée de châtaigniers nécessaires à la confection d’échalas pour les nombreux vignobles des environs. Le bois était également utilisé pour la confection de cerclages de tonneaux. Au début du XXe siècle, des forestiers vivaient encore avec leurs familles dans des huttes aménagées.

La forêt de L'Isle-Adam

Découvrir un ensemble forestier de 1548 hectares et un tilleul d’une circonférence de 7,30 m vous tente ? Ne cherchez plus ces arbres d’exception, ils sont dans la forêt domaniale de L’Isle-Adam qui s’étend sur 9 communes du Val d’Oise entre la Plaine de France et la vallée de l’Oise. Parmi les nombreuses originalités croisées lors de vos promenades, arrêtez-vous près du carrefour du Poteau de la Tour, non loin du point culminant de la forêt (195 m). Il rappelle l’existence d’une tour de trois étages, dite tour de Nerville, bâtie pour les princes de Conti afin que leurs invités puissent suivre les chasses. Lors de vos randonnées pédestres (25 kms), cyclistes (6 kms) ou équestres (25 kms), découvrez aussi la maison forestière du Bois-Carreau, les nombreuses mares et, apercevez des chevreuils, des sangliers, des renards ou des lapins au détour des allées dessinées par Le Nôtre. Lieu privilégié de chasse, la forêt de L’Isle-Adam est un poumon vert où l’équilibre entre la faune et la flore est respectée. Même si le célèbre gros chêne, vieux de 550 ans et large de 10 m de circonférence est  malheureusement tombé lors de la tempête de 1999, vous verrez qu’il reste tant à voir et à revoir dans cette forêt extraordinaire.

La forêt de Montmorency

Saviez-vous que le 5ème massif forestier le plus fréquenté de la région était à votre porte ? C’est la forêt de Montmorency avec cinq millions de visiteurs par an.  Elle couvre 2 200 ha dont 1 972 ha de forêt domaniale (châtaigniers, merisiers, érables) et est profondément vallonnée, possédant des bas-fonds très humides et composée de trois collines atteignant 195 m d’altitude. Plusieurs ruisseaux s’en échappent pour alimenter le lac d’Enghien ainsi que l’Oise. On y trouve surtout la tourbière de la Cailleuse qui a fait l’objet d’un inventaire écologique révélant de nombreuses espèces de coléoptères et lépidoptères remarquables, ce qui a entraîné sa préservation. Les promeneurs peuvent emprunter «Le sentier des lisières» (27 kms) ou «Le chemin du philosophe». En effet, la forêt de Montmorency était, au XVIIIe siècle, une destination de promenade favorite de Jean-Jacques Rousseau qui venait y herboriser. A voir aussi le château de la Chasse, la fontaine Sainte-Radegonde (la plus célèbre des sources de la forêt, dont on dit qu’elle était censée guérir la stérilité), le pont du Diable, la tour du Plumet et l’étang Godard. Au cœur de la forêt, cet étang porte le nom de la famille du célèbre musicien du XIXe siècle, Benjamin Godard. A noter qu’un parcours accessible aux personnes à mobilité réduite a aussi été créé.

La forêt de Carnelle

La forêt domaniale de Carnelle tient son nom du mot : « Carn » signifiant la pierre. Ces terres arborées sont occupées dès la Préhistoire. Ce massif forestier de 975 ha est situé sur une butte dont le sommet constitue un des points culminants du département (210 m). A Carnelle, et Montmorency, on trouve la plus grande réserve de gypse d’Europe et son exploitation va commencer dès 1864. On en extrayait également les marnes et du sable.

La forêt se compose principalement de châtaigniers, hêtres et chênes. Plusieurs espèces végétales remarquables y sont répertoriées telle que l’Osmonde royale. Elle abrite de nombreux oiseaux (buse variable), des amphibiens (grenouille rousse) et des mammifères. 30 kms de sentiers balisés et 21 kms de pistes cavalières permettent de s’y balader. Il est aussi possible d’y pique-niquer en famille aux abords de ses deux points d’eau (lire par ailleurs) : «Le lac bleu» et «Le petit lac» (baignade interdite mais pêche autorisée, principalement carpes et gardons). Ne quittez pas la forêt et les étangs de Carnelle et Saint-Martin-du-Tertre, sans découvrir la plus célèbre des toutes les allées couvertes de la région : la Pierre Turquaise. Ce monument mégalithique est connu pour être le plus important monument préhistorique d’Île-de-France.

Parcs et jardins de L'Isle-Adam

Honoré de Balzac aimait à dire que L’Isle-Adam était son « paradis terrestre », il suffit d’arpenter la ville parc pour marcher dans les pas de ces artistes qui trouvèrent ici la paix et l’inspiration. Les Adamois et les visiteurs apprécient de disposer d’une dizaine d’espaces verts dont la gestion, en partenariat avec les associations de protection, respecte la faune et la flore. Le parc Jean Sainteny se situe en face des étangs de la Garenne. On peut s’y reposer sur un banc ou jouer à divers jeux extérieurs car il est spacieux. Le parc de Cassan, tout proche, est l’écrin du Pavillon Chinois, lieu emblématique de la ville. Pour rejoindre le centre-ville,il est conseillé d’emprunter l’Allée Le Nôtre (entièrement piétonne) au bout de laquelle se trouve Siaram, création de Jean Marais. En direction de l’Oise, on peut admirer les fleurs et les expositions temporaires en plein air de La Roseraie. Après le passage du pont du Cabouillet, se trouve l’île de la Cohue, également accessible par une passerelle en bois depuis le quai de l’Oise. Elle abrite des habitations, un commerce, un restaurant et offre une vue imprenable sur la plage de L’Isle-Adam. Sur l’île duPrieuré, sa voisine, se trouve un square qui peut accueillir familles et petits groupes (mobilier de pique-nique interdit). Cette île a abrité au cours de son histoire plusieurs constructions des seigneurs de la ville. C’est le cas du Château Conti, à découvrir aussi lors des nombreuses expositions qui y sont proposées par la Ville. Son parc, reposant, presque hors du temps, est ouvert au public et offre la quiétude.

Zone de biodiversité de La Rosière

Depuis 2018, La Rosière est l’une des plus vastes zones de biodiversité aménagée de la région. En effet, sa superficie de 11 hectares sur la rive gauche de l’Oise en fait un lieu de villégiature agréable et confortable pour la flore et la faune locales. La Rosière, site d’intérêt écologique, a pour vocation première de sensibiliser le grand public à la préservation de l’environnement. Cette zone de biodiversité se compose d’un plan d’eau d’un hectare, d’un verger de 48 arbres (pommiers de Pontoise, cerisiers de Montmorency et figuiers d’Argenteuil), d’un rucher clos d’une dizaine de ruches, de plusieurs zones herbacées et fleuries, d’une frayère à brochets et de prairies inondables en cas de crues de l’Oise. Il y a été planté 150 arbustes, dont des saules et des chênes, et 450 variétés de plantes(pour certaines aquatiques). 20 espèces de libellules, 30 espèces de papillons et 60 espèces d’oiseaux sont répertoriées sur toute la zone. Il est également possible d’y rencontrer des tritons palmés, des mantes religieuses, des criquets à ailes bleues ou encore des chauves-souris.

Parcs et jardins CCVO3F

Vous rêviez d’Asie et de « zenitude » ? Vous aviez envie de traverser les continents sans vous éloigner de votre région ? La Communauté de communes de la vallée de l’Oise et des trois forêts vous offre le dépaysement ! La CCVO3F propose plusieurs espaces verts à fréquenter sans modération. A Méry-sur-Oise, le parc du Château, d’une superficie de 27 hectares, est accessible au public. Depuis 2004,la municipalitéa racheté le domaine, inscrit auxMonuments historiquesen 1937. Ce parc a été conçu comme un parcours au fil de l’eau au cours duquel vous voyagerez à travers différents continents.Situé derrière la Poste de Parmain, le petit parc «zen» a la particularité d’être pentu mais il possède les charmes insolites de la Chine avec sa végétation asiatique et son petit pont rouge qui enjambe un cours d’eau qui descend en cascade.

L’étang des Trois Sources

La migration des oiseaux fascine souvent. Il est un endroit à découvrir ou à redécouvrir. De nombreux oiseaux migrateurs, tels les échassiers, se concentrent autour de l’étang des Trois Sources.Situé au nord de la ville, le long du chemin des Trois Sources, l’étang du même nom s’étend sur une surface de 1,3 hectare et a une profondeur maximale d’1,20 m. Il est entouré d’un parc où de nombreux promeneurs et familles aiment se balader. Aménagé sur une ancienne carrière, il abrite des plantations d’arbres, dont des peupliers, mais aussi une prairie. Cet espace qui a également la particularité d’accueillir les crapauds venus de la forêt d’en face pour se reproduire (ponte des œufs).Odonates (libellules), poissons, canards, oies bernaches, cygnes, poules d’eau et ragondins sont nombreux à vivre au cœur de ce site naturel.

Bords de l'Oise

« Au fil de l’Oise… », l’expression est vagabonde et fait du bien. Anciennement nommée «Isara» (rivière tumultueuse en latin), l’Oise est une rivière presque entièrement navigable et bordée de canaux. Berceau de l’Impressionnisme au XIXème siècle, cette rivière a été source d’inspiration pour nombre d’artistes : Vincent Van Gogh (Auvers-sur-Oise) ou Camille Pissaro (Pontoise). Elle parcourt 341 kms des Ardennes belges aux Yvelines et traverse le Val d’Oise sur 41kms.
Elle est bordée de pistes cyclables et de chemins de halage, vestiges de sa riche histoire de batellerie. L’Oise est également parsemée d’îles telles celles du Prieuré et de la Cohue à l’Isle-Adam ou celle de Vaux à Méry-sur-Oise. On peut y voir des écluses, à Pontoise et L’Isle-Adam, qui régulent les passages réguliers des péniches de commerce et des bateaux de plaisance. Dans ces mêmes villes sont organisées des croisières fluviales commentées en haute saison.

Les étangs de la Garenne

Un couple d’ouettes d’Egypte s’est reproduit pour la première fois à L’Isle-Adam ? Bien-sûr et c’est dans le quartier de la Garenne ou existent plusieurs plans d’eau : l’étang du parc Sainteny, l’étang des Pêcheurs, l’étang des Vergers et l’étang du Débuché. La faune est composée de canards, cygnes, grèbes, foulques, ainsi La nidification des oiseaux étant favorisée. La flore s’y développe dans un cadre harmonieux et contrôlé. Pour preuve, « l’Association des Pêcheurs des Etangs de la Petite Plaine » a édicté un règlement stipulant que l’on ne peut pêcher qu’un seul poisson par jour. De plus, un passage protégé pour les canards leur permet de se nourrir chez une Adamoise qui prend soin d’eux.

 

Les étangs du Moulin Neuf (Presles)

C’est un site champêtre à l’orée de la forêt de Carnelle où le poisson abonde. Un espace de détente et de loisirs pour toute la famille, tout particulièrement recommandé aux amateurs de pêche à la truite et à la carpe. Des barbecues sont mis à disposition des visiteurs et il est agréable d’y pique-niquer en compagnie des oies et des canards.

Le marais de Stors

« C’est un coin de verdure où coule une rivière… », pour paraphraser Arthur Rimbaud, l’endroit ne peut que plaire aux poètesLe marais de Stors est situé sur la commune de Mériel, à 27 km au nord de Paris, en bordure de la forêt de l’Isle-Adam et de l’Oise. Ce site classé de la Vallée de Chauvry, à forte valeur paysagère, se compose d’une mosaïque de milieux très sensibles et occupe le fond d’une petite vallée, traversée par le Ru du Vieux Moutiers. Malgré une superficie relativement réduite, cette zone humide présente un intérêt remarquable à l’échelle de l’Ile-de-France par la richesse de sa faune et de sa flore.
Les 60 hectares du site constituent un formidable creuset de biodiversité. Entre le coteau calcicole, très sec, et la tourbière, très humide, le vallon recèle bon nombre d’espèces protégées.

Le lac Bleu et le Petit lac (Forêt de Carnelle)

Aménagés au cœur de la forêt, dans d’anciennes carrières de marne, roche sédimentaire, mélange de calcite et d’argile, ces étangs artificiels, sont remarqués grâce à la coloration bleutée de leur eau. D’une surface respective de 2 hectares et 1,3 hectare, les étangs atteignent une profondeur de 20 à 30 m et la baignade y est interdite pour des raisons de sécurité. On peut en revanche y pratiquer la pêche.

Photo AeliaFlora

Le Parc Naturel Régional du Vexin Français

Entité naturelle de caractère, le Vexin français offre des paysages et milieux étonnants pour la région : (coteaux calcaires, marais, bois… Ici, vous êtes ailleurs et c’est magique ! Au nord-ouest de l’Ile-de-France, le Parc Naturel Régional du Vexin Français s’étend sur 98 communes du Val d’Oise et des Yvelines et 71 000 hectares.  La spécificité du Vexin Français réside aussi dans son patrimoine architectural et bâti. En contrepoint à l’architecture remarquable des châteaux, églises et grands domaines agricoles, on note la simplicité du patrimoine rural du Vexin français (croix, moulins, fontaines, pigeonniers, lavoirs).

Le Parc Naturel Régional Oise-Pays de France

La nature, grande source d’inspiration des Romantiques au XVIIème siècle, a fait naître de charmants jardins à l’allure sauvage. Vous aussi, laissez-vous bercer par cet environnement où la main de l’homme n’a eu qu’à respecter un passé très ancien. Territoire occupé depuis le Néolithique, le Parc Naturel Régional Oise-Pays de France est l’héritier d’un riche patrimoine historique et culturel avec plus d’une centaine de monuments classés ou inscrits (châteaux, musées, édifices religieux, troglodytes). Situé pour l’essentiel sur la rive gauche de l’Oise, faisant la liaison entre le pays de France au sud, et la plaine du Valois à l’est, le Parc Naturel Régional se caractérise par la présence de trois massifs forestiers (Halatte, Chantilly et Ermenonville) totalisant près de vingt mille hectares. La pierre, socle géologique, façonne les paysages et le calcaire y est source de richesse locale. Cette terre fertile regorge de petites exploitations agricoles qui proposent la dégustation et la vente de produits fermiers. Le miel, les fraises, les champignons, les asperges, les œufs, les plantes aromatiques et médicinales ou encore la viande salers sont ici à portée de papilles. 

X